Réussir un enterrement de vie de jeune fille avec Quelle Idée! Toutes les activités pour votre EVJF à Paris.
Guide pour EVJF

Visite pour EVJF : le musée de l’érotisme.

Une visite idéale pour enterrer sa vie de jeune fille.

Une minnie bien sensuelle entourée de quelques angelots...

Aaaah… Mmmmm… Aaaaaah… Grrrrrr… en voilà un musée qui n’est certainement pas comme les autres, me dis-je en entrant dans ce temple de l’amour charnel, plutôt discret, au 72 boulevard de Clichy, à quelques centaines de mètres du Moulin Rouge. En même temps, est-ce que ça existe un musée comme les autres ? La question devrait logiquement surgir alors que je me trouve à quelques pas du comptoir, où un homme très calme et bien droit dans son costume ( même si c’est le musée de l’Erotisme, ce n’est pas la fête du slip ici !) semble avoir tout son temps pour me laisser y penser avant d’arriver. Mais ce n’est pas l’endroit où se poser ce genre de question, et ça le sera encore moins pour vous, bandes de copines un peu fofolles bien décidées à y traîner la future mariée ! C’est ce que je conclus, observant que je me trouve déjà à hauteur du comptoir. C’est que le temps file vite quand je le passe en ma compagnie.
Alors, c’est quoi donc ce Musée de l’Erotisme de Paris, ouvert tous les jours de 10h à 2h du matin ? De nombreuses visites nous assure-t-on, des enterrements de vie de jeune fille assez souvent, et de façon générales plus de femmes que d’hommes. A croire que les généralités sur les mâles obsédés ne sont pas tellement vraies !

 - Je fais une tête pas possible à côté d'un retable style Jérôme Boch de l'artiste Jacques Brissot

DES OBJETS POUR LE MOINS… INTERESSANTS…

Je me fais déjà une joie de découvrir les sept étages, où se trouvent exposées collection permanente et expositions temporaires. Des arts dits « premiers » à l’art contemporain, de l’art sacré à l’art profane, d’emblée, les objets exposés, loin d’être sordides et vulgaires, sont surtout de très belles pièces d’art… De toute façon on n’attend rien de moins que de « belles pièces», la veille d’un mariage, non ?
La qualité n’est pas non plus en reste pour les expositions, entre cartes postales coquines de l’artiste Alexandre et saisissants retables pornographiques de Jacques Brissot, photographies de tournages de pornos des années 70 et de poupées barbies aux mœurs scandaleuses, et extraits illustrés du livre espiègle d’Antonio Fischetti, L’Angoisse du morpion avant le coït.

POUR UNE AMBIANCE DECOMPLEXEE !

Péchés mignons... roooooooooh....

Pourtant l’ambiance globale reste très sage, pas de lumière tamisée ou de musique langoureuse et appuyée. Si la sono est là, elle sait se faire discrète : tout est ici dans la décomplexion et le plaisir aussi bien des yeux que de la tête. A tel point que rapidement je trouve normal voire agréable cet étalage de pénis détaillés, de grandes lèvres ondulantes et de fellations appliquées. « Là où il y a de la honte, il y a pas de plaisir ! », cette formule vaut toujours la peine d’être rappelée, et au Musée de l’Erotisme, sans allusion facile, du plaisir, il y en a.
Ce n’est donc pas l’endroit sulfureux qui fera rougir malgré elle notre jolie fiancée, à peine avouerai-je avoir ressenti quelques frissons aux sons des ébats diffusés sur des écrans à l’occasion de l’exposition « Cinéma érotique et porno français ». Si vous voulez une journée vraiment hot, le Musée de l’Erotisme sera une excellente mise en train (haha !!!) pour passer sans complexes à la suite !
<address>Adresse :
72 boulevard de Clichy
75018 Paris
Tél : 01 42 58 28 730
Mail : info@musee-erotisme.com

Site du musée : http://www.musee-erotisme.com/
Autre, dans la thématique de l’érotisme : le théâtre Chochotte http://www.theatre-chochotte.com/presentation.php</address>